Sabrina, Billy Wilder

            affiche du film Sabrina (voici le lien )

Bonjour à toutes, j’espère que votre rentrée s’est bien passée! Alors je vais vous présenter un de mes sujets d’histoire des arts. Je sais que Cadélie vous l’a déjà présenté mais nous n’avons fait qu’un sujet donc je vais essayer de vous apporter des informations différentes!

Introduction:

Hollywood adore Paris. La preuve, nombre de films américains s’y déroulent. Mais Paris vue par Hollywood, ce n’est l’image d’une ville mais plutôt celle d’un rêve: la gastronomie, la mode, les cafés, les balades le long de la Seine. Un Paris magnifié pour leur plus grand plaisir!

Problématique:  Quelle image de Paris les cinéastes hollywoodiens projettent-ils?

Dans cette présentation, nous allons vous parler plus précisément  les scènes du film Sabrina tournées à Paris.

Plan

I Présentation générale

II Description

III Interprétation

I/ Présentation générale:

Sabrina est un film sorti aux états unis en 1954 dont le réalisateur et producteur est Billy Wilder . Pour la fiche complète du film, c’est ici(en bas à gauche).

Au niveau culturel, le mouvement artistique du Pop Art est né dans les années 50 aux Etats-Unis. Le Pop Art, comme la musique Pop, vise à utiliser des images populaires contrairement à la culture élitiste de l’art. De plus, importée de Broadway à Hollywood, la comédie musicale américaine s’impose au 7ème art comme l’archétype du genre. Son âge d’or s’étend de 1935 à 1955.

Cependant, dans le monde, la Guerre Froide se poursuit.

II/ Description

Résumé: Sabrina, la fille du chauffeur d’une grande propriété tenue par les Larrabee, une riche famille d’industriels, est depuis toujours éperdument amoureuse du fils cadet. Elle est envoyée en France par son père dans une école de cuisine sophistiquée afin de se remettre de cet amour impossible et de parfaire son éducation. Elle en revient métamorphosée.

Voici les 2 seuls moments du film où nous apercevons Paris:

 Voici  le lien.

La représentation de Paris  se fait simplement par une photo de la Tour Eiffel à travers une fenêtre de bâtiment. Un ‘cut’ introduit la scène suivante : le cours de cuisine. Paris apparait alors au premier plan pendant quelques secondes On parle de plan fixe. a travers la fenêtre nous apercevons des pigeons, très présents dans la ville (en bas) et la tour Eiffel, monument typique de paris ,au centre, légèrement sur la droite. on peut voir des arbres sur le cote droit du cadre ainsi que des voitures sur les routes principales de paris. La lumière est naturelle et vient du soleil. Le premier personnage de la scène est le chef cuisinier qui, un peu plus tard, va apprendre a tous ses élèves a casser des oeufs.

* gifs audrey hepburn Billy Wilder sabrina Voici le lien

Ici, la représentation de paris se fait a travers un quartier réputé de la capitale: Montmartre. Encore une fois on voit Paris par la fenêtre. Dans cette scène, Sabrina regarde par la fenêtre de sa chambre de bonne d’où elle peut apercevoir le Sacré Coeur. De plus, la scène est accompagnée de La vie en rose d’Edith Piaf.

Premier plan

A gauche nous voyons une lampe ancienne posée sur un bureau. Au centre de l image Sabrina écrit, vetue de blanc.

Arrière plan

On voit des bâtiments parisiens et le Sacre Coeur en hauteur. Les lumières de la scene proviennent de la lampe, de Sabrina et des habitations éclairées de paris.

III/Interprétation

  1. Le message de l’oeuvre: L’artiste a voulu donner une image méliorative de Paris. En effet frêle et fragile, Sabrina revient métamorphosée en une superbe femme, parangon de l’élégance et du style. Elle revient  également nantie d’une expérience auprès d’un vieux baron polisson, sur lequel le film reste discret, mais dont on devine qu’il a su beaucoup apprendre à la jeune femme, désormais très transformée : embellie , plus mure, et plus séduisante (décrire images).
  2. Réception de l’oeuvre à l’époque: La « suite » parisienne de Sabrina , est considérée comme démodée par la critique française (de nombreuses informations ici).
  3. Comparaison avec une autre oeuvre: Nous avons comparé Sabrina avec un remake de Sabrina publié en 1995 par Sydney Pollack.

Conclusion

Il y a tant de films américains dont l’action principale se déroule à Paris que le film sur Paris semble devenu un genre cinématographique à part entière. La preuve, Paris a fière allure au travers des yeux des réalisateurs américains trop habitués à leur studio. Ainsi, Paris n’est par représentée par les cinéastes comme un miroir de la société américaine mais plutôt comme une capitale éloignée tant géographiquement que culturellement créant un certain exotisme parisien.

NOS SOURCES

 Critikat

http://www.critikat.com/actualite-cine/critique/sabrina.html

consulté le  10 Avril 2016

mis à jour le 29 Mars 2016.

Overblog

http://allenjohn.over-blog.com/article-billy-wilder-opus-11-sabrina-1954-63809787.html

consulté le 10 Avril 2016

mis à jour le 27 Décembre 2010

Nonfiction

http://www.nonfiction.fr/article-6155-fantasmes_americains_a_paris.htm

consulté le 11 Avril 2016

mis à jour le 28 Mai 2016

 

Publicités

Une réflexion au sujet de « Sabrina, Billy Wilder »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s